HUERFANO’S FACES

Ce projet a pour objet deux anciennes communautés hippies du sud du Colorado. Entre témoignages, portraits, architectures et objets, ce véritable travail de mémoire explore les vestiges de leurs utopies.

Dans sa démarche artistique générale, Elisa Larvego s’attache particulièrement à fixer les histoires qui vont disparaître. A Huerfano, haute vallée retirée du Colorado, l’artiste se met en quête de récits. Elle y rencontre des vétérans de deux anciennes communautés hippies, « Libre » et « Triple A », grâce à des contacts noués dans le milieu par sa famille dans les années 1970.

A 2500 mètres d’altitude, dans un paysage d’une présence imposante, Elisa Larvego documente les vestiges du mode de vie hippie selon différentes modalités. Elle met en valeur les habitants à travers des portraits en situation laissant une large place à leur environnement quotidien ; elle scrute les architectures vernaculaires en jouant sur le rapport entre intérieur et extérieur ; et elle récupère des objets trouvés dans les ruines qu’elle traite sous forme de nature morte comme les éléments d’une archive.

Dans son projet, Elisa Larvego a particulièrement observé la relation entre les habitants et leur maison. Fabriquées de leurs mains, ces constructions sont le fruit de leur ingéniosité et rompent avec les conventions architecturales. Les formes innovantes, notamment les dômes géodésiques, l’adaptation à l’environnement, des solutions low-tech et des matériaux de récupération caractérisent ces architectures évolutives qui deviennent la carte d’identité de leurs propriétaires.

Daniel Mueller, directeur du Photoforum Pasquart, Bienne